Catégorie: HENDRIXEMENT

07.05.15

Permalink 15:23:31, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Kraft, de la free littérature par Mamadou Mahmoud N'Dongo (Gallimard)

Kraft ? « Si tu étais plus noir que ce fichu papier, tu n’avais pas d’engagement ! » Voilà l’explication du titre de l’ouvrage de Mamadou Mahmoud N’Dongo qui présente une mosaïque de textes de formats différents, disons de la nouvelle fragmentée à une série de séquences qui hésitent entre le polaroïd et le reportage express caméra à l’épaule.
Le livre s’ouvre par un homme d’un certain âge- puisqu’il a mal aux articulations- qui menace de se suicider à Trouville mais très vite on se demande si le choix du nom de la ville est vraiment un hasard: trou, comme celui du revolver dans la balle dans la tempe. Il se ravise: avec ou sans lui, la terre continuera de tourner. Finalement la vie reprend le dessus grâce notamment à un loufoque concours de sosies de Marilyn Monroe. Tout le livre est plein de musique. Le jazz jaillit de partout. Dans le texte sous forme de citations de titres de standards et de noms de musiciens, chanteuses et chanteurs.
La prose de Mamadou Mahmoud N’Dongo elle-même semble être du free jazz.
On ne sait pas où l’on va mais on y va quand même tant on a l’impression d’être dans une boite de jazz dans laquelle joue Miles Davis avec la sourdine au bout de sa trompette.
Il est minuit passé, on est toujours avec Mamadou Mahmoud N’Dongo.
On a pas vu passé le temps, la nuit est bien entamée. On regrette que Boris Vian ne soit plus là : on lui aurait bien touché un mot de Kraft, un livre qui déchire.
Le livre est impossible à résumer. On ne résume pas la vie. On la vit.

-Kraft, fictions et épisodes, de Mamadou Mahmoud N’Dongo. Gallimard/ Continents Noirs, 130 p., 15 €

06.05.15

Permalink 00:59:23, Catégories: GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Hommage à la virtuose Alice Herz (1903-2014)

Cela commence comme ça:
“Les gens s’arrêtaient dans la rue pour écouter la musique qui s’échappait de l’immeuble…”
C’est ainsi que j’ai découvert ce documentaire: La Dame du 6, diffusé sur France 2, tard, trop tard. Il faudrait diffuser ce court-métrage à 20 h tous les jours
La musicienne s’appelle: Alice Herz-Sommer. Les commentaires français sont très bien dits pas Patrick Bruel.
Je ne connaissais pas cette dame et je m’en veux de ne pas l’avoir connue avant. Comme quoi on apprend tous les jours. Avec tout ce que je lis, tout ce que je regarde, je n’étais jamais tombé sur elle. Incroyable !
La Dame du 6 (The Lady in Number 6: Music Saved My Life) dévoile une géniale Alice Herz-Sommer. Elle y témoigne de l’importance de la musique, du rire et de sa vision optimiste de la vie.
Le film de Malcolm Clarke a reçu l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire lors de la 86e cérémonie des Oscars en 2014. Alice Herz-Sommer est morte une semaine avant la remise des prix à l’âge de 110 ans.
La Tchèque Alice Sommer Herz - née le 26 novembre 1903 et morte le 23 février 2014- était une pianiste et professeur rescapée du camp de concentration de Theresienstadt. Elle vivait dans le nord de Londres, depuis 1986, et était, à la fin de sa vie, la survivante la plus âgée connue de la Shoah.
Elle fut amie avec Franz Kafka.
Tout ce qu’elle dit dans le documentaire est grandiose, merveilleux, fantastique, beau.
Un exemple de sa générosité, de son bonté, de sa grandeur d’âme ?
Le soir de son mariage, elle dit à son mari:
“Dans le monde, il y a plein de belles femmes. Si un jour, tu ressens le besoin de me quitter, je te comprendrai bien sûr et tu pourras partir. Je te demande simplement que nous restions amis".
Son mari n’est jamais parti. Il avait précisément épouser une des femmes les plus exceptionnelles du XXe siècle. Une femme irrésistible.
Elle s’appelait Alice Herz. Sommer c’était le nom de son mari.

PS: le documentaire existe en DVD. A se procurer et à offrir d’urgence.

02.05.15

Aurevoir chère Madame Patachou (1918-2015)

Les chanteurs de rap peuvent aller se rhabiller. Ont-ils donné l’équivalent de Bal chez Temporel d’Hardellet mis en musique par Guy Béart ? Les revendications ne pèsent pas lourds devant la poésie. Hurler dans une démocratie c’est facile.

Chanteuse, actrice, accoucheuse de talent, maman de Pierre Billon, elle a eu une vie totalement accomplie.
Chaque fois que je la voyais, je me disais: c’est ça une femme.
Elle incarnait la féminité dans toute sa splendeur avec le côté mec qui authentifie la personnalité. (La réciproque est valable of course)
Elle chantait aussi bien qu’elle jouait.
Elle savait absolument tout faire.
Quand elle parlait, elle dégageait une assurance inouïe. Elle avait le mental dont rêve les sportifs.
Si la France était dirigée par une personnalité de sa dimension nous n’en serions pas là.
Elle fut et restera l’une des plus grandes montmartroises du XXe siècle. Et elle a bien fait de quitter la Butte qui est de plus en plus défigurée par des magasins de fringues- excepté le versant du Lapin Agile de mon ami Yves Mathieu qui fait figure de dernier Mohican.

02.04.15

Permalink 10:11:44, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Que sont tes rêves devenus ? par Alain Rémond (Seuil)

Quand on découvre un nouveau livre d’Alain Rémond, on éprouve la même joie que lorsqu’on apprend la sortie du dernier film de Woody Allen. Nouveau pas dernier. On éprouve d’emblée un effet de sympathie par rapport à ce qu’on a déjà partagé avec eux. Cette fois encore cela fonctionne. Il s’agit d’un examen de conscience, j’allais presque écrire examen de confiance. Alain Rémond passe en revue tout ce qui a fait sa vie. Au début du livre il a rajouté que tout ce qu’il dit a été écrit avec le 7 janvier 2015. Les attentats en début d’année ne vont pas dans le sens d’un meilleur monde.
Issu du baby-boom, Alain Rémond a eu de grands idéaux mis à mal depuis quelques temps.
Au lieu de passer en revue tout ce qu’il dit. J’ai dressé une liste.
Le nane-dropping va résumer le livre :
Milos Forman, Bob Rafelson, Robert Mitchum, Al Pacino, Sydney Pollack, Marcello Mastroianni, Ettore Scola, Vittorio Gassman, Dino Risi, Monica Vitti, Jacques Rozier, Bernard Menez, Pascal Thomas, Jean-Luc Godard, Jacques Doillon, Aurore Clément, Chantal Akerman, Martin Scorsese, Mell Brooks, Steven Spielberg, Richard Dreyfus, Jeanne Moreau Jean-Louis Trintignant, Jacques Higelin, Bob Dylan, Henri Verneuil, Eric Rohmer, Marcel Carné, Bulle Ogier, Pascal Thomas, Jean Gabin, Jean Eustache, René Allio, Michel Piccoli, Joseph Losey, Jean Rochefort, Léa Massari, Jacques Dutronc, John Cassavetes, Robert Rosselini, Peter Fallk, Karen Black…
Belle galaxie d’étoiles, très belle même. Cela a valeur de chronique. Liste magique.
Alain Rémond rend aussi hommage à Montand-Signoret. Ils ont beaucoup représenté avant d’être roulés dans la boue dès qu’ils sont morts, surtout lui. Elle, moins.
Alain Rémond aimait mieux - mettons l’imparfait- Michel Rocard que François Mitterrand.
Un jour, il est très heureux de pouvoir rencontrer dans un repas Win Wenders dont il a été l’un des premiers en France à saluer le talent. Ce jour-là, le cinéaste a préféré regarder un film de Fritz Lang à la télé plutôt que de partager un moment avec des convives qu’il n’avait jamais vus. Ce film ce n’était pas un match de foot en direct, il l’avait sans doute déjà vu et aurait pu le voir une autre fois. Le coup du génie qui aime mieux l’art aux vivants, non merci. Alain Rémond a ressenti une grande solitude, une grande déception. L’art est un partage et non pas un caprice d’égoïste.
Si la terre était peuplée d’Alain Rémond, nous passerions notre temps à aller au cinéma, à lire, à écouter de la musique. Beau programme. Bel humaniste. Sincère. Un ami que je n’ai jamais vu.
Que s’est-il passé ?
La vie et je suis vieux, disait Aragon.
On y est. Presque.

-Que sont tes rêves devenus ? D’Alain Rémond, Seuil, 186 p., 16€

16.03.15

Jean Ferrat répond à Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic considère que la “France est un pays de merde".
Sous le coup de la colère mais comme tout ce qu’il dit a une importance capitale sous l’ère d’internet, cela marque mal comme l’on dit dans le midi.
Ceux qui l’excusent disent qu’il reverse une fortune aux impôts.
Ceux qui l’aiment moins disent que le joueur critique sa vache à lait.
Ceux qui ne l’aiment pas lui indiquent la porte de sortie, comme si la France était une salle de spectacles, ce qu’elle est devenue au fond.
Parfois on assiste impuissant à des drames. Le plus souvent, heureusement, il ne s’agit que de clowneries.

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Mai 2015
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software