Catégorie: CANTONALAND

07.11.15

40 portraits de Rebelles du Football (Sindelar, Puskas, Garrincha, Mekhloufi, Socrates, Maradona, Cantona...) par Bernard Morlino (Tana)

Evidemment Ribéry, Benzema, Gourcuff, Nasri, Anelka, Domenech ne sont pas dans mon album.

Je vous signale la parution de l’un de mes nouveaux albums:
Les rebelles du football, soit 40 portraits de joueurs.
Un rebelle c’est quelqu’un qui se rebelle contre les mauvaises lois.
Eric Cantona, dans sa magnifique et émouvante préface, dit que pour être rebelle il faut risquer sa vie et celle des siens. Donc, il a l’humilité d’être surpris de se retrouver dans l’album.
J’ai classé les rebelles sous différentes catégories.
Les politiques: Sindelar, mort parce qu’il a refusé de porter le maillot nazi. Puskas qui s’est opposé au communisme dans la plus grande incompréhension de la FIFA.
Les virtuoses: Kopa chassé de l’équipe de France parce qu’il ne voulait plus que les joueurs soient liés à vie à leur club. C’est là que j’ai mis Cantona: comme on le sait il a fui le football français qu’il estimait gangréné par de la mauvaise herbe. L’Affaire OM-VA nous a démontré ensuite qu’il avait raison.
Les solidaires: ceux qui se rebellent contre tout, au seul profit de leur équipe, comme Keane, Stoichkov…
Les incompris: Diagne qui impose le football professionnel en France contre l’avis de son père, député. Glassmann, traité de balance alors que c’est un homme d’une intégrité absolue.
Les désespérés: Best qui vit comme une rock star sa passion qui demande pourtant une grande hygiène de vie. Fashanu finit par se suicider car il n’arrive pas à imposer son homosexualité.
L’iconographie du livre met en situation les joueurs avec leurs caractéristiques. Un grand travail d’édition, au niveau de la maquette. Je le vis volontiers car ce n’est pas mon domaine.
Bonne lecture. Qui m’aime me suive !

J’ai participé à l’émission, sur itélé du 6 novembre 2015, de Pascal Praud:

http://www.itele.fr/magazines/20h-foot/20h-foot-du-06112015-142675

-Les Rebelles du football, Bernard Morlino. Préface Eric Cantona. Editions Tana, 155 p., 24,95 €

18.04.15

Man United, un journée pour rien contre Chelsea

Samedi 18 avril 2015
Chelsea 1-0 Manchester United

But: Hazard (38e)

Classement de la Premier League
1 Chelsea 76 points 32 matchs/ + 39
2 Arsenal 66 pts 32 m/ + 31
3 Manchester United 65 pts 33 m/ + 28
4 Manchester City 61 pts 32 m/ + 31

Les six dernières journées du calendrier d’Arsenal (3e), Manchester United (4e)
33e journée Sunderland (D) Chelsea (E)
34e journée Chelsea (D) Everton (E)
35e journée Hull City (E) West Brom (D)
36e journée Swansea (D) Crystal Palace (E)
37e journée Manchester United (E) Arsenal (D)
38e journée West Brom (D) Hull City (E) Stoke City (E)

Très mauvaise journée pour MU battu à Chelsea, ce qui n’a rien d’étonnant.
Carrick ne jouait pas et comme pas par hasard, MU a perdu.
A propos de Hazard c’est lui qui a marqué.
En début de match, Rooney avait le but au bout du pied mais il a raté la cage de manière inhabituelle.
A cet instant, j’ai cessé de regarder le match. Cela sentait le mauvais jour.
Falcao était titulaire: il a couru dans le vide, R.A.S.
Dans le résumé, j’ai vu qu’un penalty pour Herrera n’a pas été sifflé en fin de match. Penalty ou penalty. Les fans de MU disent oui, ceux de Chelsea, non !

18.12.14

La galaxie des "Saigneurs du sport" et autres bad boys panthéonisés par Pascal Paillardet

Il y a ceux qui ont servi le football comme Best et ceux qui s’en servent comme tant d’intermittents du talent.

Pascal Paillardet doit être remercié rien que pour avoir mis à l’honneur Claudio Gentile, le défenseur italien champion du monde 1982. L’auteur l’a rangé dans la catégorie: “Faucheurs, débroussailleurs et tondeuses à gazon". On voit que Pascal Paillardet ne manque pas d’humour. Et de connaissance car sans Gentile, le football n’aurait pas ses acteurs de l’ombre qui sont indispensables aux équipes qui veulent gagner quelque chose. Gentile c’est le soldat inconnu dans toute sa splendeur. Blessé, il pouvait se relever et dézinguer encore une compagnie d’artilleurs. Tout ça pour vous dire que c’était le genre de gars qui savait ce que veut dire professionnalisme et amour du maillot. Ce joueur me fascinait par son charisme: dur sur l’homme, fier, courageux, intelligent, grand lecteur de jeu, un mur en béton coulissant. Quand je le voyais j’étais fier d’avoir des origines italiennes alors que lui en avait des libyennes.
Les saigneurs du sport, bad boys et têtes brûlées des terrains met en lumière des seconds rôles du sport et d’anciennes gloires, de tous les sports, pas que du football, c’est ce qui fait sa grande originalité : Tonya Harding (la puncheuse du patinage), Gavin Henson (le “Beckham du rugby gallois), Jody Cundy ("cycliste amputé de la jambe droite à l’âge de trois ans"), Bodin Issara (champion de badminton)… Il y a aussi des stars comme Lance Armstrong que tout le monde a mis plus bas que terre alors qu’il s’est dopé comme Coppi et Anquetil. On sait que dans les autres sports ce n’est pas non plus très clean. Pourquoi Anquetil a pu dire “mes fesses sont des écumoires” tant il se piquait sans qu’on retire son nom du palmarès ? Parce qu’il était Français. Et la “bomba’ (amphétamines) de Coppi ? Armstrong a fait passer le dopage à l’ère moderne. Le dopage fait partie du cyclisme comme la mort de la vie.
Etes-vous prêt à vous doper pour gagner le Tour ? Moi, non. Les champions sont des êtres à part. Je respecte infiniment Armstrong qui est revenu de la mort: il avait des métastases dans le cerveau! Il avait le droit de prendre des médicaments. Quand il était en course, on le lui permettait. Il a été contrôlé tant de fois sur la route du Tour et on l’a toujours laissé repartir le lendemain matin. Pourquoi ne l’a-t-on pas pincé dès sa première victoire dans la Grande Boucle ? Dès qu’il a arrêté sa carrière, on l’a “assassiné". Je me demande comment cet orgueilleux fait-il pour vivre alors qu’on lui a tout retiré ? Lui, drogué ? Non, c’est Maradona qui se droguait. Armstrong a juste utilisé la médicalisation comme tous les grands cyclistes de l’Histoire. On n’a pas inventé l’expression “charger la mule” pour rien. Et les premiers règlements du Tour de France stipulaient que les apports médicaux étaient à la charge des coureurs. Lance Armstrong a un mental d’exception. Je ne suis pas dupe de l’hypocrisie: quand on a des cas de dopage positif en L1 et L2 on n’inquiète pas les joueurs, on dit qu’il s’agissait de “contrôles expérimentaux". Un champion du monde de football français s’est fait pincer mais on a parlé de “vice de forme” dans la procédure. Ainsi de suite.
Le très bel album de Pascal Paillardet est celui d’une passion. Le jeune Paillardet reste un blessé de Séville. Il n’a jamais oublié la charge de Schumacher (Harald) sur Battiston lors de la 1/2 finale de la Coupe du Monde 1982. Ce soir-là, la France de Platini-Giresse-Tigana était la plus belle équipe de la terre. Il ne suffit pas d’être bon pour gagner, la preuve en reste la défaite des Français aux tirs au but de France 3-3 RFA. Les Allemands étaient plus violents, c’est tout.
Pascal Paillardet propose une prose où il entremêle très bien les faits, le récit journalistique, les propos recueillis les plus significatifs et les annotations personnelles. Sa galaxie comporte Maradona, Best et Cantona, trois noms qui brillent encore dans le cerveau de ceux qui connaissent vraiment le jeu. Quand je vois jouer Ribéry et Nani, je pense à Magnusson et à Waddle tant je n’embête! Aujourd’hui on paie des Solex au prix d’une Ferrari. Les joueurs au football quelconque ont de la chance de vivre en 2014. Je préfère un tâcheron comme Stiles, ex MU. Là on était en présence d’un vrai footballeur, pas une invention médiatique. Il y a des joueurs au grand palmarès qui ne m’ont jamais fait vibrer, par exemple Henry. Sa retraite ne me fait ni chaud ni froid. C’est un grand homme d’affaires. Chapeau ! Il a gagné des titres en équipe de France grâce à Zidane et au Barça grâce à Messi. A Arsenal ? Deux championnats en 8 saisons. Cantona n’a pas établi de record de buts mais il a gagné 5 championnats anglais avec deux clubs différents entre 1992 et 1997. Henry est un joueur de football simple messieurs. Cantona était un vrai footballeur collectif, il faisait jouer les autres. Pour en revenir au livre de Pascal Paillardet, on remarque l’absence de “Titi". Même sa main contre l’Irlande ne l’a pas fait entrer dans les Bad Boys. On ne se rappelle même plus de sa présence dans le bus de la honte 2010 ni de sa visite en catimini chez Sarkozy. Ce n’est pas un hasard s’il devient consultant en Angleterre. Là-bas on lui donne beaucoup d’argent parce que le football anglais est diffusé dans le monde entier tandis que la L1 est du niveau du championnat albanais. Vous enlevez Ibrahimovic au PSG, il reste qui ? Berbatov à Monaco. Ces deux joueurs sont à la retraite. Ils sont en France pour ramasser encore un peu de monnaie dans un championnat sans pression. Vous croyiez qu’il y a de la pression à la Turbie à part celle des jets d’eau pour arroser la pelouse ? La pression de la Turbie c’est quoi pour Berbatov qui a joué à MU ?
Cet album anti langue de bois est un hymne au sport qui n’a rien à voir avec les commentaires insipides à 90 % des chroniqueurs habituels.
Un constat: tous les athlètes du livre de Pascal Paillardet déraillaient parfois mais on se souvient d’eux. Leur train finissait par arriver. Les autres se sont perdus en route. On les a oubliés.

-Les saigneurs du sport, bad boys et têtes brûlées des terrains, de Pascal Paillardet. Huginn & Muninn, 216 p., 39,95 €

24.04.14

Permalien 01:08:39, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

Superbe "Looking for Rio" avec King Cantona

Tous les passionnés de football aiment le Brésil comme les passionnés de F1 aiment Ferrari. Brésil est synonyme de football. C’est grâce à Pelé que le football est devenu hyper médiatisé. Tout est parti des larmes de bonheur du jeune virtuose de 18 ans, vainqueur de la Coupe du monde 1958, la première remportée par le Brésil. Cantona à Rio ce n’est pas une carte postale. Il s’agit d’un très bon reportage entremêlé d’images d’archives.

Mercredi 23 avril sur Canal+ à 22 h 50
Samedi 3 mai 17 h 50
Looking for Rio

Dans la série des Derbys, les frères Cantona font une halte à Rio de Janeiro qui a la chance d’avoir quatre grands club: Flamengo, Fluminense, Vasco de Gama et Botafogo.
Tous les précédents traitement des derbys ont été une pleine réussite.
Celui sur Rio est à la hauteur des autres.
Rio c’est la ville du football par excellence, et il est très émouvant d’y voir déambuler Eric Cantona, tout émerveillé d’être sur place.
Il ne faut pas oublier que King Cantona a lui-même était un héros du ballon rond.
Dans le document, un authentique fervent du football dit: “Dites-moi, je vais me faire engueuler quand je vais dire à mes amis que je vous ai vu. Ils vont me dire: “Tu as vu Cantona, et tu ne nous as pas appelés!” A ce moment-là, King Cantona, sourit à la fois fier et gêné, la marque des grands humbles.
Alors, il y a Vasco de Gama, le premier club à faire jouer des noirs dans le Brésil raciste du début du XXe siècle.
Il y a aussi Fluminense qui a de la poudre de riz dans son attirail du supporter: cette poudre de riz que les joueurs noirs étaient obligés de se mettre pour pouvoir jouer à “Flu". Au fil du match, le blanc disparaissait…
Il y a encore Flamengo, le club rouge et noir, et Botafogo, le club blanc et noir, qui a pris ses couleurs en hommage à la Juventus Turin. Blanc et noir, comme les footballeurs d’une équipe. Le football a imposé la coexistence dans la société. Merci au football que seuls les ignares méprisent.
Botafogo, le club du mythique Garrincha que l’on voit très bien dans le documentaire.
La ville de Rio est sans doute l’une des plus belles villes du monde: le soleil, la plage, l’océan, le ballon, la samba, les femmes.
Les mauvais côtés de Rio ? La perfection n’existe pas dans ce monde, mais Rio s’en approche !
Suivez Cantona dans les rues, au milieu des danseurs et danseuses, avec des haltes auprès de Romario et Zico.
Dieu que le temps passe vite !
Voir Cantona serrer Zico dans ses bras est un grand moment: “Il a été important, pour nous…” dit le King. Et c’est vrai que le “Pelé blanc” fut un immense joueur avec Socrates, la génération maudite. Socrates, Zico, Cantona… trois virtuoses sans Coupe du Monde.
Cantona fait bien ressentir la passion du football. Un fan carioca dit: “En Europe, les gens vont au stade en costume cravate pour applaudir, ici on pleure ou on rit".
Autres grands témoignages. Après un derby de folie: “On ne sait pas ce qui est le beau beau: la joie des vainqueurs ou la tristesse des perdants". Beau dans le sens profond.
Et pour finir: “Le derby Fla-Flu a été crée 40 minutes avant la création du monde". Là, on attend le grandiose.
Oui, l’Europe a inventé le football mais c’est au Brésil qu’on y joue le mieux.
Triste constat: l’argent pousse les joueurs brésiliens à quitter le Brésil alors le niveau des matchs au Brésil a baissé. Aujourd’hui, Pelé jouerait à Barcelone. Ronaldo Luis Nazário de Lima, dit Ronaldo n’a jamais joué dans l’un des quatre grands clubs cariocas.
A la fin du film, on voit les quatre maillots des immenses clubs cariocas floqués du nom CANTONA.
Voilà qui finit bien un superbe documentaire.

14.03.14

Permalien 23:45:01, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND  

King Cantona et le paparazzi ou le moustique qui s'écrase contre le parebrise

La classe, sur ou hors du terrain, de l’écran ou de la scène.
Toujours la grande précision, le bon timing comme ses passes de jadis.
La presse institutionnelle n’a pas eu ce qu’elle voulait.
D’aucuns ont pourtant ressorti des vieilles images d’archives. Une odeur de naphtaline.
A la vérité, un moustique s’est écrasé sur le parebrise.
Quand Eric Cantona passe, les chiens du PAF aboient.
Les mouettes sont en manque de sardines.

[Post dédié au doublé 1994 réalisé par Man United avec le KING à la manœuvre]

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software