Catégorie: ANQUETILLEMENT

07.02.16

Permalien 01:38:33, Catégories: ANQUETILLEMENT  

L'admiration déclarée de Zidane pour C.Ronaldo

Zinedine Zidane ne cesse pas de fêter Ronaldo a sa juste place, celle de l’un des plus grands joueurs de l’Histoire. Le Portugais est au sommet avec Messi depuis presque une décennie quand des joueurs comme Gourcuff ou Ribéry ne sont que des intermittents du spectacle.

-"Je suis en admiration devant Ronaldo. Pour le nombre de buts qu’il met, ses statistiques, mais surtout pour son ambition. Vous pouvez le remarquer à chaque séance d’entraînement. J’espère qu’il va garder le même état d’esprit. C’est un joueur très important pour moi, mais aussi pour tous les fans du Real. J’ai de très bonnes relations avec tous mes joueurs. Et c’est la chose la plus importante. Ronaldo pourrait probablement jouer plus longtemps que moi. Et je prenais soin de moi, mais j’ai l’impression qu’il prend encore plus soin de lui-même. Il a 31 ans, mais c’est un monstre physiquement parlant. Il peut jouer encore plusieurs années. Et j’espère que ça puisse être au Real Madrid” a déclaré Zidane, le nouveau manager du Real Madrid, lors de sa récente conférence en ce début février 2016.
Il a parlé aussi des dribbles de Neymar, considérés comme des provocations outre-Pyrénées : “Neymar, irrespectueux à cause de ses dribbles ? Il est comme ça. Il y a des gens qui l’aiment, et d’autres qui ne l’aiment pas. Mais je suis sûr que lorsque vous faites trop de «grigris», il est normal que les adversaires n’aiment pas ça. Mais c’est toujours bien pour le spectacle et le public de voir un joueur comme ça".
Eh! oui, seuls les imbéciles condamnent les dribbles qui sont pourtant l’arme fatale des vrais footballeurs. Hier, Garrincha dribblait sans cesse pour effacer ses adversaires, au plus grand bonheur de ses fans et de ses coéquipiers.
En 2016 des incompétents parlent des dribbles de Ben Arfa comme s’ils étaient des gestes inutiles !
Certains plumitifs passent leur temps à dire que Benzema est plus important que CR7 au Real Madrid… C’est archi faux. Benzema est un joueur de complément. Lui ou un autre c’est la même chose. CR7 est non seulement un des plus grands footballeur de l’Histoire mais c’est actuellement le meilleur produit commercial de football au monde.
CR7 est jalousé par des millions d’impuissants qui envient son physique, son argent, sa réussite.
On le traîne régulièrement dans la boue. Et ceux qui le font savent très bien qu’ils sont incapables d’obtenir un entretien avec lui. Ils salissent le triple Ballon d’or qui ne lit même pas leurs médisances répétitives.
CR7 restera au Real et ne viendra jamais à Paris qui cherche à acheter l’Histoire car le PSG est un club sans C1.
Né le 5 février 1985, C. Ronaldo vient d’avoir 31 ans. Bon anniversaire champion !

23.09.15

Permalien 14:13:09, Catégories: LITS ET RATURES, ANQUETILLEMENT  

Des livres sur le vélo: Ducoin, Hinault, Vespini, l'Aubisque et Anquetil

-Bernard, François, Paul et les autres par Jean-Emmanuel Ducoin (Anne-Marie Carrière, 206 p., 18 €)
Depuis 1985 et la victoire de Bernard Hinault, aucun Français n’est parvenu à gagner le Tour de France. Chaque année, ils hurlent des noms sur France 2 ou dans L’Equipe mais rien n’y fait: des Jacques Anquetil et des Laurent Fignon cela ne tombent pas du ciel médiatique. Ils veulent des noms pour faire tourner la boutique. Si Armstrong était né à Sarcelles, il n’y aurait jamais la moindre trace de dopage dans ses prélévements. Jean-Emmanuel Ducoin nous raconte sa passion pour le vélo né en 1985 avec son grand-père au volant de sa Simca 1000. Douce France, le pays de mon enfance versioon Ducoin. Il écrit juste.

-Tour de France, les prodigieuses histoires, par Jean-Paul Vespini (Mareuil, 190 p., 16 €)
20 chapitres comme 20 étapes, avec des vallons, des montagnes, des contre-la montre, des sprints au coude à coude, des descentes, des montées, des glissades, des chutes, des colères, de la joie… Le Tour dans toute sa splendeur. On y croise Coppi, Bartali, Anquetil, Poulidor, des noms inoubliables, des champions considérables à une époque où les journalistes ne se considéraient pas comme des procureurs.

-Coup de foudre dans l’Aubisque, par Bertrand Lucq (Atlantica, 128 p.n 12 €)
Hymne à Eddy Merckx, champion incomparable, comme tous les grands stylistes du vélo. L’ouvrage célèbre les as du goudron mais aussi les as de la plume: Blondin, Chany, Haedens…

-Anquetil, le mal-aimé, par Yves Jean (Arthaud, 310 p., 19,90 €)
Le mal-aimé ? Pas dans sa famille où il a fait le carton plein comme le héros de Théroreme de Pasolini. Sur la route c’était une fusée, une “caravelle” comme l’a dit Antonin Magne à Poulidor, déposé sur la route. Quand je dis Anquetil c’est comme si je dis Cerdan, Coppi, La Callas, James Dean ou Miles Davis. Rien que des mythes de leur vivant. Le public n’aimait pas Anquetil ? Une partie du public. Si je préférais les Beatles aux Stones, j’ai toujours aimé Anquetil et Poulidor, comme j’aime la jour et la nuit. Anquetil serait la nuit avec la pleine lune. Une nuit lumineuse

06.09.15

Permalien 07:15:37, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Wayne Rooney égale le record de Bobby Charlton sous le maillot anglais: 49 buts

Tant que Rooney sera à Man United, l’âme rouge est encore là. C’est le seul jeune attaquant à s’être imposé à MU. Question fighting spirit, il est dans le Top 5 avec Cantona, Keane, Scholes et Schmeichel. Des joueurs qui savent défendre les couleurs.

Samedi 5 septembre 2015
Match de qualification pour l’Euro 2016
San-Martin 0-6 Angleterre
Buts pour l’équipe aux trois lions: Wayne Rooney (13e s.p.), Cristian Brolli (30e c.s.c.), Ross Barkley (46e), Theo Walcott (68e, 78e) et Harry Kane (77e)

L’Angleterre s’est qualifiée, pour les championnats d’Europe 2016, à Saint-Marin (0-6).
Un vrai carton, ce qui signifie que les Anglais ont respecté leurs adversaires qu’ils n’ont pas pris de haut.
Au début du match sur penalty, Wayne Rooney a inscrit son 49e but en 106 sélections depuis 2003.
Le capitaine anglais, 29 ans, égale le record de Bobby Charlton, 77 ans (49 buts en 106 sélections, comme Rooney, mais entre 1958 et 1970)
-« C’est une grande sensation d’être en compagnie de Sir Bobby Charlton. Un moment de fierté pour moi et ma famille.» Le Red Devil de Manchester United est à 16 buts de record de Bobby Charlton en club:

Bobby Charlton: 249 buts en 758 matchs à Man United, de 1956-1973
Wayne Rooney: 233 buts en 484 matchs à Man United entre 2004 et 2015, série en cours.

Wayne Rooney est avec Luis Suarez l’un des meilleurs attaquants en exercice.
Il très généreux, puissant, technique, doté d’un mental d’acier.
D’autres attaquants sont des vedettes médiatiques mais quand on les voit jouer, on perçoit leur manque d’intelligence, leur peu de courage, et leur façon de se cacher. Rien que du négatif.
Bonne nouvelle pour l’Euro en France: on verra les Anglais toujours sans titre depuis 1966. Ce qui est incroyable !

PS: La Suisse a réussi un sublime renversement de situation pour s’imposer à domicile devant la Slovénie (3-2). Menée 0-2 à dix minutes de la fin, la Nati a marqué trois buts coup sur coup: Drmic (80e, 90e+4) et Valentin Stocker (84e). Les Suisses sont deuxième place du groupe E avec cinq points d’avance sur l’Estonie et six sur les Slovènes.

14.07.15

Mardi 14 juillet 2015

06.07.15

Poulidor, l'homme qui aime ce qu'il aime, déifié par Patrick Jeudy

Qui ne pleure pas devant ce documentaire est inhumain.

Lundi 6 juillet 2015, FRANCE 3
Poulidor 1er
de Patrick Jeudy
DVD 14 € 99
En replay jusqu’au 12 juillet 2015
http://pluzz.francetv.fr/videos/poulidor_premier_,124883841.html

Poulidor 1er. Ce n’est pas un clin d’œil. C’est vrai. Premier dans le cœur des Français. Tout le monde envie encore sa popularité. Il est plus célèbre que les coureurs actuels. La France aime Poulidor, authentique champion. Des vainqueurs du Tour, il y en a chaque année. Des Poulidor champion cycliste, il n’y en a qu’un et c’est lui.
En premier évacuons ce qui fâche, on ne traite pas par-dessous la jambe Jan Janssen d’un: “On ne sait même plus qui a gagné le Tour de France 1968…” (sic les commentairs bien dits par Alain Morel, le Deschiens de Deschamps (Jérôme, bien sûr) Quel mépris pour le grand champion du pays de Rembrandt ! Avec ses lunettes, c’était un Laurent Fignon avant l’heure. Autre remarque, le grand zapping de Raphaël Geminiani qui a longtemps veillé sur Jacques Anquetil. Autre point qui est aussi un peu trop facile: Anquetil c’est le mondain avec la blonde quand Poulidor c’est le terrien avec la brune.
Enfant, j’aimais les deux. Ni pour Poulidor, ni contre Anquetil. Les deux me plaisaient.
La cruauté d’Anquetil quand il vient lui dire que cela doit être dur d’être deuxième. C’est un moment fantastique. Anquetil vainqueur traverse la foule pour voir son gibier de près. L’orgueil du vainqueur je sais l’aimer aussi. Anquetil-Poulidor, j’aimerais bien revivre ça aujourd’hui avec de jeunes français actuels.
Maintenant passons aux bons côtés, soit tout le reste du documentaire consacré à Raymond Poulidor.
On le voit, jeune, moins jeune. Toujours ce très beau visage, ce bel accent.
Il nous donne envie de créer un aphorisme:
“La volonté et le courage sont des valeurs supérieures à l’intelligence".
Antonin Magne, toujours en blouse blanche(médecin de l’âme et du corps) ancien vainqueur et manager de Poupou, a dit: “Raymond c’est un cérébral, si la tête va, le corps va".
Cérébral et non pas intellectuel, ouf !
Ce documentaire est une machine à remonter le temps: on revoit son enfance, ses parents, ses frères jeunes, ses amis, sa jeunesse. La vie de Poulidor, avec en surimpression notre propre vie, notre enfance, nos parents, nos frères jeunes, nos amis…
Les Tours de France sont plus importants que les prix Nobel ou je ne sais quel amusement de ce genre.
Ce qui m’a frappé dans ce documentaire c’est la solitude de Poulidor. Il a une capacité à la supporter qui est hors norme. C’est chez lui une forme de concentration. Seul parce que les autres coureurs jalousaient sa popularité, sa science du contact humain.
Ce n’est pas un jury qui décerne le maillot jaune, c’est votre corps de la tête aux pieds.
Quand on voit toutes les graves chutes de Poulidor, rien que ça, on reste bouche bée. “Le visage du Christ” dit le commentaire sans aucun effet de manche. Au moindre bobo un autre sportif quitte la pelouse, comme Y. Gourcuff lors de Lyon-Nice. Même à 25 % de ses moyens physique, Poulidor restait en selle.
Dans ce film tout est divinement humain. Grâce à Poulidor, un homme qui aime ce qu’il aime. On le voit très bien quand il astique sa Mercedes gagnée grâce à ses larmes, sa sueur et son sang. Aujourd’hui, des footballeurs surpayés ont 30 voitures dans leur garage.
Lors des débuts professionnels de Poulidor, on demande à sa mère: “Cela vous fait plaisir de le voir sur le Tour ? ” Elle répond: “J’aimerais avoir 20 ans pour voir tout ce qu’il va faire…” Elle verra tout. Quand il arrête sa carrière, on revient vers elle pour l’entendre dire: “Vous êtes sûr qu’il arrête. Il va peut-être encore en faire” un de Tour… Magnifique! Avec son mari, derrière elle, flou dans l’image. Pas un mot.
Poulidor est allé au bout du bout de qu’il pouvait faire.
Après ce sublime documentaire, la chaîne proposait un documentaire sur les blousons noirs. Insupportable contraste. Après la haute lutte contre soi-même, l’avachissement, la paresse, la frime idiote, le nihilisme non maîtrisé. J’ai coupé au bout de 20 secondes. Je voulais rester avec “Poupou” et son beau sourire qui a eu parfois le “visage du Christ".
J’ai pensé aussi à Louis Nucéra qui m’a dit après avoir rencontré pour la première fois mon père dans son magasin:
-"Dis donc, ton père il n’a pas fait du vélo ?
-Oui…
-J’en étais sûr, rien qu’à sa façon de travailler.”
Ce documentaire est déjà une référence. Tout l’univers en noir et blanc dans notre mémoire a ressurgi sur l’écran tout en couleurs! Des couleurs comme lavées par un produit miracle qui redonne une seconde fois vie à tout ce qui a disparu.
Le soir d’un abandon, sa femme allongée à un mètre de lui, pleure en silence. A vous arracher le cœur.
Lors de ses adieux, les yeux embués de larmes, Poulidor n’arrive pas à dire que sa carrière prenait fin. Cela revenait à dire: “Je vais vous quitter. Dans une minute je n’existerai plus". Impossible à dire. Il a préféré se taire et passait la parole.
Raymond Poulidor est autant intelligent que sensible, donc complet.
Je lui ai parlé à Auchan lors d’une signature. Ce fut comme être avec Socrate. Il était tôt. Il m’a montré le panneau où était écrit: “Poulidor, l’éternel second signera son livre…", pour me dire: “Je dois tout aux journalistes. Sans cette appellation, on n’aurait jamais fait appel à moi, tout le monde n’aurait oublié très vite…” Peut-on être à la fois plus simple et plus lucide ? La France aurait besoin d’être dirigée par un homme de cette trempe. De l’acier qui ne fait pas mal.
Et n’oubliez jamais que c’est un immense champion. Un très grand champion qui nous a montré les plus belles valeurs d’un être humain.
La grande classe: jamais une plainte, jamais rien de vulgaire. L’homme dans toute sa splendeur.
Une dignité de chaque instant. Une humilité omniprésente. Jadis, on disait: “Cet homme-là c’est un amour".
Oui, Poulidor c’est un amour. Les Français n’ont jamais été cocus avec lui.

[Post dédié au Poulidoriste Serge Laget]

Vieillir c’est atroce mais vieillir avec Poulidor est un plaisir supplémentaire. A la fin de la projection, Poulidor va remercier le réalisateur. Poulidor, avec sa petite sacoche sous le bras. Le héros comme de si rien n’était. Cet homme est bouleversant dans le moindre de ses gestes. La grâce y a trouvé refuge. Je vous laisse toute les Paris Hilton du monde et je garde Poupou ! Lui, l’un des plus grands animateurs de la Grande Boucle n’a jamais porté ne serait-ce qu’une 1/2 journée le maillot jaune. Incroyable !

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software