Catégorie: BARCA ES MES QUE UN CLUB

03.09.17

L'Espagne rayonnante domine largement l'Italie faiblarde

L’Espagne sera parmi les favoris en Russie. L’ère de l’Espagne n’est pas finie. Isco a été fantastique et a effacé Verratti par des gestes de grande classe, dont un sombrero. En prenant un carton jaune -complétement évitable- dès la 4e mn de jeu, le milieu défensif italien a fragilisé toute l’Italie.

Samedi 2 septembre 2017
Espagne 3-0 Italie
Buts pour la Roja: Isco (13e et 40e), Morata (77e)

Groupe G
1 Espagne 19 pts + 21
2 Italie 16 pts + 11

Espagne
DE GEA (7) Sécurisant
ALBA (6) Correct
RAMOS© (8) Tranchant comme toujours
PIQUE (7) Le Barcelonais a été digne malgré les huées des Madrilènes
CARVAJAL (6) Bon dans son rôle de piston
INIESTA. (7) Travailleur acharné. Alvaro MORATA (72e) (7) Plus qu’un remplaçant
KOKE (6) A fait son match
BUSQUETS (6) Toujours présent
ASENSIO (7) A fait ce qu’il devait faire. Puis SAUL (78e) Non noté
SILVA (6) RAS
ISCO (8) Parfait. Puis Villa (89e). Non noté
Sélectionneur: LOPETEGUI (8) Poursuit la tradition d’excellence

Italie
BUFFON © (5) Bien esseulé
DARMIAN (2) Indigne de la sélection
BARZAGLI (2) K.O. debout
BONUCCI (1) Il a joué ?
CANDREVA(2) Une ombre avec un maillot. Puis BERNARDESCHI (70e) (2) A couru dans le vide
SPINAZZOLA (2) On ne peut pas lui demander plus
VERRATTI (1) Joueur surcoté, ridiculisé plusieurs fois par Isco
DE ROSSI (2) Trop âgé
BELOTTI (2) Lui ou un autre c’est pareil. Puis EDER (70e) Devrait être remplaçant du remplaçant
INSIGNE (2) Aucun signe de talent
IMMOBILE (1) Porte bien son nom. Puis GABBIADINI (79e). Non noté.
Sélectionneur: Giampiero VENTURA (2) Il a confondu match important avec match amical.

Ceux qui pensaient que l’Espagne était en fin de cycle doivent revoir leur position: l’Espagne est en plein renouveau. On peut parler de continuité.
Les Italiens n’ont pas été brillants en Espagne où ils ont laissé des plumes et une salle impression, celle d’une équipe en bout de course, sans âme, sans identité, sans grinta.
L’Espagne au contraire a été conquérante et de plus sans forcer son talent: l’Espagne a joué facilement. L’Espagne a de grandes individualités au service d’un collectif. Le contraire de Verratti au jeu stupide de l’agresseur qui joue de manière stupide.
Côté Espagne, Isco a été sensationnel et Morata tout autant. Asensio a tenu ses promesses.
On peut aussi citer le gardien de Gea et Ramos, sans oublier l’inusable Iniesta.
L’Espagne est quasi déjà en Russie. L’Italie, elle, devra passer par les barrages pour accéder à la Coupe du Monde 2018.

01.09.17

Match au sommet: ESPAGNE-ITALIE

Samedi 2 septembre 2017, 20 h 45
7e journée pour qualification Coupe du monde 2018
Espagne - Italie/ Canal+ Décalé

Résultat du match aller:
2e journée
Italie 1 – 1 Espagne, à Turin
6 octobre 2016
But pour l’Italie: De Rossi (82e pén.)
But pour l’Espagne: Vitolo (55e)

Classement
1 Espagne 16 pts 6 matchs/ 5 1 0/ 21 3 + 18
2 Italie 16 6/ 5 1 0/ 18 4 + 14
3 Albanie 9 6/ 3 0 3/ 7 11 - 4
4 Israël 9 6/ 3 0 3/ 9 12 - 3
5 Macédoine 3 6/ 1 0 5/ 8 13 - 5
6 Liechtenstein 0 6/ 0 0 6/ 1 24 - 23

Invaincus, les deux pays se rencontrent dans un match qui promet beaucoup.
L’Italie n’a jamais de chance au tirage car elle prend toujours des gros clients, à l’inverse de la France de Didier Deschamps.
Les Italiens et les Espagnols sont invaincus.
On devrait voir un très grand match.

24.08.17

C1 2018: le PSG n'aura pas la vie facile devant le Bayern Munich et le Celtic Glasgow

Le favori de la nouvelle C1 est une nouvelle fois le Real Madrid de Zidane qui a dans ses rangs le plus grand footballeur du monde en activité: C. Ronaldo qui depuis 10 ans reste au sommet. Barcelone sans Iniesta et Xavi n’est plus le grand Barça. Paris ? Son groupe est très difficile avec le Bayern Munich et le Celtic Glasgow. Les stades bavarois et écossais ont des ambiances effrayantes pour les visiteurs.

Composition des groupes

Groupe A
Benfica (Por)
Manchester United (Ang)
Bâle (Sui)
CSKA Moscou (Rus)

Groupe B
Bayern Munich (All)
Paris SG (Fr)
Anderlecht (Bel)
Celtic Glasgow (Eco)
Les dates. 12 septembre : Celtic-PSG ; 27 septembre : PSG-Bayern Munich ; 18 octobre : Anderlecht-PSG ; 31 octobre : PSG-Anderlecht ; 22 novembre : PSG-Celtic ; 5 décembre : Bayern-PSG.

Groupe C
Chelsea (Ang)
Atlético Madrid (ESP)
AS Roma (Ita)
Qarabag (Aze)

Groupe D
Juventus (Ita)
Barcelone (Esp)
Olympiakos (Grè)
Sporting Portugal (Por)

Groupe E
Spartak Moscou (Rus)
FC Séville (Esp)
Liverpool (Ang)
Maribor (Slo)

Groupe F
Shakhtar Donetsk (Ukr)
Manchester City (ANG)
Naples (Ita)
Feyenoord (Holl)

Groupe G
Monaco (Fra)
FC Porto (Por)
Besiktas (Tur)
RB Leipzig (All)
Les dates. 13 septembre : Leipzig-Monaco ; 26 septembre : Monaco-Porto ; 17 octobre : Monaco-Besiktas ; 1er novembre : Besiktas-Monaco ; 21 novembre : Monaco-Leipzig ; 6 décembre : Porto-Monaco.

Groupe H
Real Madrid (Esp)
Borussia Dortmund (All)
Tottenham (Ang)
APOEL Nicosie (Chy)

(En gras les favoris)

18.08.17

Nous sommes tous des Espagnols

Friday Night in San Francisco (1981)
par les virtuoses Paco de Lucía (1947-2014), John McLaughlin et Al Di Meola

1.Mediterranean Sundance
2.Short Tales of the Black Forest
3.Frevo Rasgado
4.Fantasia Suite
5.Guardian Angel

02.08.17

Neymar ? Demain il enlève le haut du Barça pour mettre le bas du PSG

“Marre de cette nana là", chantait Bruel. Marre de ce cirque autour de Neymar. Cela ressemble à “Tu veux ou tu ne veux pas” de Zanini.

Les plus jeunes ne s’en souviennent pas et pour cause cette publicité remonte à la nuit de Séguéla même si elle n’est sans doute pas sortie de son imagination commerciale débordante.
La pub, selon une communication bien établie, était présentée en plusieurs épisode. D’abord, on voyait la fille en maillot puis elle se déshabillait en deux autres temps vivants, dira-t-on et pas morts.
Aujourd’hui, le monde du football fait la même chose.
On voit Neymar avec le maillot du Barça et peu à peu on nous dit qu’il va mettre celui du PSG.
Le football fait en somme le trottoir. Autrefois, on disait que Pelé était issu du football de la rue, cela n’a rien à voir.
Que fait-on quand on va au plus offrant ? On vend son âme au diable, pour ne pas prendre une image au-dessous de la ceinture.
Comparer Neymar et Pelé c’est comparer M’Pokora à Jacques Brel.
A 17 ans, Pelé a fait gagner sa première Coupe du Monde au Brésil (Suède, 1958)tandis que le presque déjà vieux Neymar a gagné des titres uniquement grâce au Barça.
Donc, au début Neymar tout habillé en Barcelonais.
Puis, il retire tout.
Et pour finir, il est en Parisien. En attendant la suite.
Le bon chemin c’est celui qui mène du PSG au Barça. Là c’est une progression.
Faire le chemin inverse est une régression totale.
L’Histoire ne s’achète pas même avec l’argent du Qatar.
Le PSG est un club récent - des années 1970 et sans aucune C1- qui joue à la grenouille devant le bœuf. J’aurais pu prendre une métaphore plus odorante !
Le Barça, lui, est un club séculaire (1899) dont les vitrines sont garnies des plus grands trophées de la planète.
Les deux phrases du football actuel sont Ronaldo et Messi.
Neymar est un éternel espoir, pas une certitude.
La star du Barça c’est Messi et pas du tout Neymar.
Les restes d’Iniesta sont plus beaux que les débuts de Neymar.
Neymar a permis au Barça d’éliminer le PSG mais ensuite, il a disparu de la circulation.

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software