Catégorie: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS

10.01.19

Eloge du dégoût, Bernard Morlino (Editions du Rocher)

Malraux, De Gaulle, Moulin… Quand il n’y aura plus aucun survivant de 1939-1945, tout sera terrifiant. Les gens s’ennuient en temps de paix.

Vu l’actualité de la politique intérieure en France, je republie un extrait de mon livre Eloge du dégoût (2012, Editions du Rocher) Le passage ci-dessous provient du chapitre: “Les politichiens dégradent l’action politique” (p.83-p.96)

-"Les peuplades éloignées étaient beaucoup plus artistes que nous. Nos lointains prédécesseurs avaient le sens des volumes. Face aux masques et autres statuettes anonymes, leur âme nous toise. Nous sommes incapables de tirer autant d’un bout de bois ramassé dans les forêts. On marche sur les asperges sauvages et nous ne ramassons plus les figues gorgées de sucre et de soleil, aplaties par les pneus des voitures indifférentes. On prétend tout savoir mais nous ne sommes pas en mesure de donner le nom des habitants de Los Angeles, de Washington et de Chicago.
Cela rassure de signer des autographes. Douce impression d’exister. Le plus connu d’entre nous n’est plus rien dès qu’il voyage. Certains people vont jusqu’à dire : « L’été je pars à l’étranger dans des endroits où personne ne me reconnaît ». C’est le comble du chic : une cure d’anonymat ! A Paris, ils sont pourtant prêts à tuer père et mère pour se faire une place à la devanture des kiosques à journaux. Les plus cyniques usent de leur gloriole pour passer avant tout le monde devant des distributeurs de billets, au seuil des banques sur les Champs Elysées. Les badauds sont contents de voir de près celui qu’ils voient chez eux quand ils sont en train de se curer le nez.
La pensée régnante du texto nous impose une société qui ne pense pas plus loin que les menus des fast-foods. On s’écrit en charabia. On pense en onomatopées. On ouvre un blog dans le désert. On téléphone aux radios par raconter qu’on a trompé sa femme avec le livreur de sushis… On interroge Madame Michu pour savoir si le budget du ministère de la défense lui convient. On fait croire à chaque auditeur qu’il est journaliste. Les radios sont devenues des vide-ordures.
D’ici peu, les présidents de la république feront leurs allocutions télévisées entourés de clodettes. Un ancien président des Etats-Unis se fait payer une fortune à chaque conférence pour ne rien dire de nouveau sur le conflit israélo-palestinien. En Italie, un président du conseil a atteint un degré de cynisme rarement atteint en démocratie.
Les politichiens ne cessent pas de dire que l’ennemi est à l’intérieur du pays. En 1939, il est venu d’Allemagne. Dans les années 2000, des chasseurs de bulletins de vote désignent les Noirs et les Arabes. Les Français ne s’aiment plus. Sous la présidence Mitterrand, le diable s’appelait FN. Depuis la mort de celui qui en l’a fait proliférer, par tactique électorale, le FN a été convié au second tour dans la bataille pour l’Elysée. On nous prédit que ce parti peut accéder à la fonction suprême. De Gaulle nous faisait prendre le dictionnaire pour voir les définitions de «Chienlit» et de «Volapuk» alors que son homologue de 2007-2012 a traité de « pauv’con» un électeur qui ne l’a pas élu.
Au petit matin, on voit des passants avec de gros casques sur les oreilles. Il ressemble à des techniciens d’une régie de radio et à des astronautes. Avec en plus les lacets défaits et le froc qui laisse apparaître leurs fesses. A quand la télévision walkman ? Moderniser ne veut pas dire liquider le passé. A part les progrès de la médecine, tout ou presque se dégrade. Mes grands-parents étaient piétons. Mes parents, automobilistes. Je voyage en TGV. Nos enfants ou petits-enfants sont-ils condamnés à l’avion supersonique ou doit-on revenir au véhicule hippomobile ?
Pierre Bérégovoy s’est suicidé. Depuis la mort de l’ancien Premier ministre, la politique a perdu de son prestige. Il a mis fin à ses jours pour marquer son désaccord avec les pratiques actuelles. Il était de l’ancienne école. Tout devait se mériter. François Mitterrand avait été séduit par le parcours de cet homme différent des bardés de diplômes. Monsieur Bérégovoy n’a jamais porté de col Mao. Sa séance photo, très John Kennedy, avec ses petits enfants sous son bureau lui posa un problème de conscience. Il n’accepta que pour faire plus dans le coup. Cette façon putassière de séduire le révulsa.”

-Eloge du dégoût
de Bernard Morlino
2012, Editions du Rocher

[Post dédié à Jean Moulin]

PS: entendu le 19 mai 2014 (RTL, interview M.-O. Fogiel), le Président Valéry Giscard d’Estaing a dit: “La fonction présidentielle s’est beaucoup altérée, mais cela ne s’est pas fait d’un coup. François Mitterrand était un Président de la République. C’est après lui que le décrochement a eu lieu. La direction prise a été curieuse, puisque l’on a assisté à un retour de la IVème République et son régime très près du sol, dominé par les politiciens qui se battent pour avoir chacun un bout de terrain. Dès lors, le Président de la République est devenu un président de Conseil, pris dans le jeu des partis.”

13.12.18

La France cherche un nouveau de Gaulle

Le président (1961), Henri Verneuil. D’après Simenon. Dialogues de Michel Audiard. Cette scène mythique à l’Assemblée nationale est 100 % d’Audiard. Elle ne figure pas dans le roman de Simenon. Un exercice de style de haut vol. Indémodable malgré le baratin des politicards.

Je vais cesser d’écrire sur la situation français actuelle, tant je rabâche la même chose depuis des années.
Le Ve République est à bout de souffle.
On ne se reconnait plus dans les députés car dès qu’ils sont élus, ils abandonnent leur camp respectif puisqu’ils deviennent tous députés. Donc tous pensent à défendre leurs biens communs. La preuve, ils décident eux-mêmes d’augmenter leur salaire.
La démocratie a bon dos. Comme elle est trop clémente avec la voyoucratie, on n’est plus protégé.
La classe politique se protège d’abord elle-même.
Comme les puissants sont intouchables, c’est le peuple qui trinque.
Médiatiquement, plus besoin de frapper les dits puissants.
Les casseurs peuvent casser tout ce qu’ils veulent tant que ce n’est pas la voiture d’un ministre ou d’un député.
En 2018, en France, on ne peut plus marcher libre dans la rue.
Soit on peut se faire tuer par un frappadingue. Vous n’êtes pas sans savoir qu’on laisse en liberté des bombes humaines à retardement.
Soit on se fait alpaguer par la police parce qu’on roule à 50 au lieu de 30 km/h.
Le gilets jaunes ont pris la parole parce que le peuple est tenu à l’écart, rien que des cochons de payants.
La France est en crise. Il nous faudrait un nouveau Charles de Gaulle.
On entend souvent: faut pas croire à l’homme providentiel.
Sans doute, mais croire dans de simples communicants, certainement pas.
De Gaulle avait un seul attaché de presse: son talent.
Et un seul parti: la France.
Précision importante: il était patriote et non pas nationaliste.
Un patriote aime son pays. Un nationaliste déteste les autres.

[Post dédié aux victimes de Strasbourg]

08.12.18

La France dans le chaos, acte IV

Un casseur ce n’est pas un rebelle. Un rebelle c’est Philippe Soupault qui devient Dada parce qu’il déteste qu’on envoie sa génération au casse-pipe de la Première Guerre Mondiale. Nos compatriotes qui réclament la dignité aux entrées de villes françaises n’ont absolument rien à voir avec les casseurs. Quand on casse des vitrines dans une dictature, la répression étatique tue aucun état d’âme.
En démocratie, l’Etat fait tout pour éviter le bain de sang, donc il est plus facile de casser dans les démocraties. On prend même très peu de risque, il suffit d’entendre ce qu’a dit un casseur à Paris, le 8 décembre 2018 quand un commerçant a riposté par un tir de balle en caoutchouc: “Mais il n’a pas le droit de tirer !”
Casser des vitrines en France pour voler les commerçants est-ce un acte politique ? Retourner des voitures pour les enflammer, est-ce un acte de rébellion ? Non, ce n’est que du vol et du vandalisme. Les manifestations, par l’ampleur des mouvements de foule, permettent les vols organisés. Ceux qui se disent contre la société de consommation voudraient en fait y appartenir. Quand Mandela se rebellait c’était héroïque mais attaquer une démocratie c’est du fait-divers. Rien à voir avec les revendications légitimes des gilets jaunes. Dans la majorité silencieuse il y a beaucoup de gilets jaunes. On ne pense pas du bien des gouvernants qui lancent sur les routes des voitures banalisées conduites par des sociétés privées réénumérées selon les résultats de leur traque aux automobilistes qui roulent à 40 km/h au lieu de 30 ou a 90 km/h au lieu de 70 ou 80. Les dirigeants du pays doivent comprendre qu’à force de puiser dans le portefeuille des citoyens ceux-ci sont ruinés. Le combat pour la survie est un combat louable.

Va-t-on encore voir ce spectacle pendant longtemps ?
Les casseurs profitent du désordre pour piler, vandaliser tout ça aux frais des commerçants, des contribuables. Quel gaspillage !
Quand un commerçant a essayé de défendre son magasin, un assaillant a dit:
-"Poussez-vous ! Vous êtes assuré…”
Quand un autre commerçant abrité dans son magasin attaqué par une horde d’une dizaines d’agresseurs ultra violents a riposté avec une arme défensive quasi inoffensive, un casseur, en flagrant délit d’attaque, s’est écrié:
-"Mais il n’a pas le droit de tirer !”
“Le président est dans son bunker et n’en sort pas” a dit un gilet jaune.
Ce président n’a reçu que 18 % des voix au premier tour des présidentielles 2017 au cours desquelles on a dénombré:

Abstentions 10 578 455
Blancs 659 997
Nuls 289 337

Donc tous les opposants sont en train de se révolter après seulement 18 mois de gouvernance.
Le net est passé par là. Le monde s’accélère à la vitesse d’un clic sur le clavier.
Le peuple se révolte, c’est bien normal après l’arnaque de l’euro qui a fait passer en une nuit la baguette de 0,80 cts à 6,50 francs.
Le fossé est trop grand entre les gros et les petits.
Jadis on pouvait être pauvre et vivre.
Aujourd’hui, c’est impossible. La vie est devenue trop chère.
Le pouvoir en place va-t-il laisser Paris ville morte chaque week-end ?
Il faut faire attention aux mots qu’on emploie.
Macron paie pour tous les autres: “Pauv’con” (Sarkozy), “les sans-dents” (Hollande)…
Paris le week-end ressemble à la pire ville de dictature. Des policiers de partout.
C’est ça le pays de la liberté, égalité, fraternité ?
Où sont les hommes responsables, ceux qui ont la vraie valeur de l’argent ?
A force de détruite droite et gauche, c’est l’anarchie.
Les énarques dirigent la France comme une entreprise mais c’est un pays !
Tout le monde a le droit d’y vivre le plus dignement possible. Les riches comme les pauvres.
Quelle tristesse de voir la France attaquée par les siens.
La parole présidentielle doit rétablir la paix civile.
Président de la République ce n’est pas un métier mais une vocation.

Jean Moulin n'est pas mort pour qu'on "casse" les grands magasins

Touche pas à ma France !
Voilà qui ferait un beau badge.
En France, hélas ! on a laissé l’imagerie du patriotisme… aux nationalistes qui ne pensent qu’à eux.
On nous bassine avec les casseurs qui seraient anticapitalistes. Des anticapitalistes très intéressés par les magasins de haute couture.
Jean Moulin n’a pas chassé l’occupant pour que l’on piétine la République française.
Contester des mauvaises lois, voilà le comportement des bons citoyens.
Par contre casser pour profiter du travail d’autrui n’a rien de révolutionnaire.
Vive la France ! Vive la République !

05.12.18

L'insupportable compte à rebours sur le menace d'assaillir l'Elysée

89 000 policiers seront sur le pied de guerre. On annonce que les casseurs de l’Europe entière se sont donnés rendez-vous à Paris. Les médias, les politiques, tutti quanti attendent le 8 décembre 2018 comme un match de football. Heysel en vue ? Etrangement des matchs de la 17e journée de L1 ont été reportés, dont Monaco-Nice. Monaco-sur-Seine ? Incroyable ! Une franche de la population met dans les cordes un pays aussi prestigieux que la France !

Etonnante situation. La police française - voire l’armée aussi- aurait peur d’une petite franche d’excités ?
A qui fera-t-on croire que la police est plus faible que des assaillants aussi mal intentionnés soient-ils ?
Pour éviter la bavure, dit-on, la police y va en douceur. Au point de se laisser dépasser par les événements ?
A la violence, il faut riposter par la force.
Celui qui veut se battre avec la police prend ses risques.
La police, elle, doit protéger les citoyens et biens publics et privés.
Voir ce qu’on a vu deux sur les Champs Elysées et aux alentours est indigne de la France.
Pourquoi notre pays laisse-t-il les voyous tout détruire sur leur passage ?
Le droit de manifester n’a rien à voir dans les attaques de magasins et de l’Arc de Triomphe.
Hier, on nous disait que des islamistes radicaux voulaient briser notre civilisation et aujourd’hui on laisse faire des extrémistes qui agissent comme des putschistes.
L’anarchie conduit directement à la dictature.
Qui sont ceux qui se déguisent en gilets jaunes pour attaquer notre démocratie?
Il ne faut pas confondre les gilets jaunes très bons citoyens et les autres qui se servent d’une situation.
Le pays, les citoyens silencieux et les médias attendent le 8 décembre 2018 comme si c’était la finale de la Coupe du Monde ?
On parle de morts à venir. “On” c’est le pouvoir en place qui annonce que certains manifestants veulent tuer.
Le mot d’ordre: tous aux abris pour éviter la violence qui devrait faire rage à Paris.
Triste actualité. La révolte gronde tout simplement parce que dans le pays, on ne peut plus être pauvre. Il n’y a pas de honte à vivre modestement. Le hic c’est qu’on ne peut plus vivre sans peu argent car la vie n’est plus à bon marché.
Des gilets jaunes appellent une marche vers l’Elysée.
Des irresponsables politiques de l’opposition jettent en plus de l’huile sur le feu.
On menace la démocratie, la République.
On traite Macron comme si c’était Ceausescu.
Les responsables sont les anciens présidents qui ont massacré la fonction présidentielle. Songez à ce président qui allait voir sa maîtresse en scooter et qui dorénavant cours les librairies pour signer un bouquin que des victimes de la promotion médiatique achètent comme s’il s’agissait d’un CD d’un chanteur de variétés. Et celui d’avant qui insulta indirectement les Français quand il insulta un opposant anonyme.
Macron a bien commencé puis il a dérapé plusieurs fois verbalement et photographiquement aussi, posant avec quelqu’un affichant un doigt d’honneur.
Incompréhensible.
Si tu nais pas l’image, tu périras pas l’image.
Les dirigeants politiques depuis des années ont oublié qu’ils n’étaient que des représentants du peuple qui ne se reconnait plus du tout dans cette caste.
Le mal est profond. Est-il normal que des sociétés privées soient plus riche que la France ?
Quand Antoine Pinay a dit au général de Gaulle: 100 francs vont devenir 1 franc. Le président avait compris que les Français allaient avoir l’impression de devenir pauvres. A présent c’est l’Euro qui a creusé la tombe du plus grand nombre. Il est impossible d’avoir de l’argent devant soi. Tous les prix ont explosé. Tout est plus cher. Des prix démentiels qui contrastent avec les salaires fossilisés.
Face aux gilets jaunes, la présidence a reculé.
Il est affligeant de voir qu’il faut à chaque fois tout casser pour se faire entendre.
Une gilet jaune a très bien expliqué: “On a pu voter Macron et s’en mordre les doigts. Si on engage quelqu’un, au bout de trois mois on peut s’apercevoir qu’on a fait fausse route".
Les gilets jaunes en veulent plus. Ils sont soutenu par beaucoup de Français.
L’acte IV des manifestations du samedi 8 décembre 2018 stresse les démocrates, les républicains, les patriotes et la police. Cette fois 89 000 policiers seront de sortie pour faire régner l’ordre public.
Macron s’est isolé dans sa fonction. Ce n’est pas le premier à tomber dans ce piège.
Une suite de décisions a mis en colère les Français: les hausses, le mépris vis-à-vis des anonymes (en tous cas c’est la sensation qu’ils ont eux), le matraquage sur les automobilistes (PV en rafale, hausse des PV, limitation excessive de vitesse, chasse des conducteurs en voiture banalisée par des sociétés privées, traque incessante…) taxe sur les retraites, avantages accordés aux plus aisés). Et que dire du prélèvement à la source qui va pratiquer la ponction avant même que l’on touche le salaire. On chamboule trop la vie des Français.
Après la vague d’attentats, voici la vague de l’insurrection.
La devise Liberté, Egalité, Fraternité doit être mieux appliquée.
L’égalité financière est impossible mais on ne peut pas affamer son peuple.
Le travail du président de la République c’est de rendre heureux son pays.
La mission est très difficile à accomplir.
Le poste n’est pas enviable.

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Juin 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software