Catégorie: FOOT FRANCHOUILLARD

25.03.17

Constat et non pas polémique: la Fédération française de football a osé faire jouer le premier match des Bleus depuis la mort de Raymond Kopa sans porter son deuil au Luxembourg (1)

Vista, grande technique, intelligence de jeu, constance 365 jours par an, bon partout (sauf de la tête), c’était Raymond Kopa (1931-2017).

Qualification pour la Coupe du Monde 2018
Samedi 25 mars 2017
Luxembourg 1-3 France
But pour le Luxembourg: Joachim (34e pen.)
Buts pour la France: Giroud (28e, 77e), Griezmann (37e pen.)

Match dont il ne reste déjà rien. Le staff des Bleus a noté le mauvais terrain, le petit stade vétuste, une ambiance très années 1930. Une sortie chez les ploucs, quoi ! Des ploucs qui n’ont pas été ridicules. Giroud a été le seul à les féliciter. Décidément un garçon très bien ce Giroud.
Les notes des Bleus
Lloris (5). S’en sort plutôt bien devant au moins une alerte chaude.
Sidibé (5) : Il est sorti blessé, visiblement aux côtes et a été remplacé par Jallet (62e)
Koscielny (5) : Un match sans forcer
Umtiti (5) : Au petit trop
Mendy (6) : A distribué un centre décisif pour la tête de Giroud (77e).
Kanté (7) : Belle activité
Matuidi (5) : A provoqué un penalty. Remplacé par Rabiot (83e)
Dembélé (6): De belles passes mais n’a pas joué à 60% de son potentiel.
Griezmann (3) : Inexistant.
Payet (1) : Il faut lui donner quelques VHS de Platini pour qu’il voit un vrai tireur de coups francs. Sinon il peut regarder ceux de C. Ronaldo sur YouTube. D’aucuns ont dit qu’en l’absence d’Evra, Payet était un “patron". (Un patron transparent en 1/2 et en finale de l’Euro 2016 où il blessa C. Ronaldo). Remplacé par Mbappé (78e).
Giroud (8) : Dans un contexte où on lui a remis Benzema sur la route - et aussi Lacazette-, il a répondu sur le terrain. De surcroît, à la fin du match il a parlé de travail et d’humilité. Les deux mots-clefs.

Deschamps (7): Il a eu raison de sélectionner Giroud, auteur de deux buts. Benzema aurait pu en mettre autant ou trois ou zéro. On ne le saura jamais. Si avant le match on a parlé beaucoup de Benzema c’est sans doute parce que Zidane a donné son feu vert à Benzema pour aller parler à Dugarry, consultant et très proche de Zidane. Merci Zizou ! Deschamps a dit que le retour de Benzema: “Ce n’est pas le sujet". Tant que Giroud marque, il a raison.

De ce match, je retiens surtout ce qui suit. Et c’est un constat, un triste constat. Rien à voir avec la polémique.
Raymond Kopa avait raison quand il m’a dit:
-"On m’oubliera mais pas Justo Fontaine car il a marqué 13 buts lors de la Coupe du Monde 1958″.
Mort le 3 mars 2017, à 85 ans, le premier très grand joueur français n’a pas eu droit à un digne hommage posthume: les Bleus n’ont pas porté son deuil au cours de leur premier match depuis sa disparition. En Italie, Angleterre, Allemagne ou Espagne, les dirigeants ont beaucoup plus de mémoire car ils connaissent mieux le football.
La France est habituée au manquement du devoir de mémoire.
Qu’on ne vienne pas ensuite se plaindre que les jeunes ne respectent plus rien
.
Payet a fait son caprice pour quitter West Ham, club dans lequel il était sous contrat, et pourtant il est en équipe de France. Cela veut dire que les joueurs ont pris le pouvoir. Il suffit de voir ce que fait Aurier au PSG: la liste de ses frasques est si longue que je ne peux même pas la commencer.
Et dire que si les joueurs font ce qu’ils veulent c’est grâce à Kopa qui a œuvré pour le contrat à temps et non plus à vie. Il avait dit: “Les joueurs sont des esclaves".
Kopa n’a pas été honoré alors qu’il y a beaucoup à dire, notamment souligner qu’il était bien intégré, lui le descendant de Polonais.
Finalement le fait de ne pas saluer Kopa s’explique.
A la fin de sa carrière internationale, la FFF n’a plus voulu de lui, et l’a exclu des Bleus car le sélectionneur des Bleus estima qu’il jouait moins bien. Pendant ce temps, Kopa, sans rien dire à personne, essayait de sauver son fils des griffes du cancer, en vain. Ensuite, ce fut lui qui refusa d’être convoqué.
En 1958, avant la Coupe du Monde, la presse française n’avait pas voulu de lui en équipe de France parce qu’il évoluait au Real Madrid. On l’accusait d’avoir déserté Reims pour faire fortune en Espagne. Les médias disaient: “Il prend la place à quelqu’un…". Sous entendu à un Français pur sucre qui joue en L1…
Kopa a inspiré ma jeunesse, ma vie.
Il ne m’a jamais déçu.
Les icônes actuels françaises ne lui arrivent pas à la cheville.
Il ne faut pas être surpris par la désinvolture des footballeurs actuels puisque le mauvais exemple vient d’en haut.
Le seul qui a eu un mot plein de respect sur Kopa ce fut K. Mbappé. Pas étonnant, c’est celui qui manifeste le plus d’élégance.
Le 25 mars 2017, Antoine Griezmann a fait la Une de L’Equipe.
C’est le nouveau produit de l’EDF.
A 26 ans, il n’a rien gagné à part la L 2 espagnole 2010 avec la Real Sociedad et la Supercoupe d’Espagne 2014 avec l’Atlético Madrid. C’est maigrichon pour une “star".
Au même âge, Kopa avait remporté trois championnats et une C1.
C’est Giroud qu’il fallait mettre en Une, le matin du match. Giroud est désormais l’un des dix meilleurs buteurs de l’Histoire des Bleus depuis un siècle. C’est donc Giroud le leader en attaque et absolument pas Griezmann.

Palmarès de Raymond Kopa

Reims
L1 1953, 1955, 1960 et 1962
Coupe latine 1953
L2 1966

Real Madrid
Liga 1957 et 1958
Champions league 1957, 1958 et 1959
Coupe latine 1957

France, 45 sélections (18 buts)
3e à la Coupe du Monde 1958

Ballon d’or 1958

(1) Le 27 mars 2017, la FFF a annoncé :"Mardi 28 mars 2017, avant le match amical France-Espagne, le coup d’envoi sera précédé d’une minute d’applaudissements en la mémoire de Raymond Kopa et de l’ancien vice-président de la FFF, Jean Verbeke".

16.03.17

Permalien 16:11:07, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD  

Le très talentueux Mbappé en Bleu pour le bonheur de tous

Equipe de France
25 mars: Luxembourg-France, qualif pour Coupe du Monde 2018
28 mars: France-Espagne, amical

Les 24 joueurs sélectionnés par D. Deschamps :

Gardiens : Aréola (PSG), Costil (Rennes), Lloris (Tottenham)

Défenseurs : Kimpembe (PSG), Koscielny (Arsenal), Kurzawa (PSG), Mendy (Monaco), Rami (Séville), Sagna (Manchester City), Sidibé (Monaco), Umtiti (Barcelone)

Milieux : Kanté (Chelsea), Lemar (Monaco), Matuidi (PSG), Pogba (Manchester United), Rabiot (PSG), Tolisso (Lyon)

Attaquants : Dembélé (Borussia Dortmund), Gameiro (Atlético Madrid), Giroud (Arsenal), Griezmann (Atlético Madrid), Mbappé (Monaco), Payet (Marseille), Thauvin (Marseille)

Aucun Niçois. Cyprien, s’est blessé, dommage !
Le Monégasque Germain jamais essayé, hélas !
Certains sont toujours là, qu’importe leur niveau. Pogba, par exemple. Il n’a aucun impact à MU. Il ne lui reste que l’équipe de France pour briller, surtout avec ses cheveux.
Payet est l’une des stars du sélectionneur. Son fait d’arme: avoir blessé CR7 pendant la finale de l’Euro 2016.
Des nouveaux arrivent. C’est bien: Kylian Mbappé, Benjamin Mendy, Corentin Tolisso et Florian Thauvin.
Bakayoko manque dans cette liste.
Karim Benzema toujours pas là. La FFF a choisi sa vedette: Griezmann.
Patrice Evra et Raphaël Varane, sont blessés.
Sébastien Corchia, Eliaquim Mangala, Lucas Digne, Moussa Sissoko et Nabil Fekir ont disparu des radars.
Martial, lui aussi est passé à la trappe.
Lacazette ? Le sélectionneur ne doit pas avoir son portable.
Chaque sélectionneur fait ce qu’il veut. Donc Deschamps fait ce qu’il veut.
La France n’est pas un pays de football.
En Italie et en Angleterre on vous pousse vers la sortie quand vous perdez. Pas en France.
Exit Maldini en 1998. Exit Prandelli en 2014.
Est-ce un bon résultat de perdre l’Euro au SDF ?
Ne pas avoir fait jouer Kante en finale ce cet Euro est une grave erreur.

13.03.17

Permalien 15:47:44, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, BARCA ES MES QUE UN CLUB  

L'Historique remontée de Barcelone face aux Parisiens d'un specialiste d'Europa League et non de Champions League

8e retour de C1 (Aller 4-0 pour Paris)
Mercredi 8 mars 2017
Barcelone 6-1 Paris

Nous ne sommes pas un pays de football.
Raymond Kopa n’a pas été enterré comme un héros national, juste comme une ancienne vedette. Kopa est aussi important que Ravel ou Montaigne. Les gens font la différence. Pas moi. Et si Paris a perdu à Barcelone avec un score fleuve c’est parce que nous ne sommes pas un pays de football.
Au lieu d’aller à Barcelone avec un esprit commando, le club était surtout dans la communication à venir après la qualification mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir…
Le PSG croyait déjà être en 1/4 de finale. Nous avons connu cela en 1986 après France-Brésil, en quart de finale de la Coupe du Monde. Sortir le Brésil aux tirs au but, cela voulait dire gagner le titre. Cela s’est terminé par une élimination en 1/2 contre l’Allemagne. On a revu ça en 2016, à l’Euro: la France a cru gagner le titre après avoir éliminé l’Allemagne en 1/2. C’était faire l’impasse sur la finale remportée par… le Portugal !
Barcelone a joué avec la fierté de ses origines, avec la volonté de faire gagner la Catalogne.
Paris n’avait pas cette rage. Paris joue pour qui ? Il n’y avait que des mercenaires pour défendre ses couleurs. Le plus impliqué ce fut Ben Arfa: on l’a vu consoler les Parisiens et puis remonter les troupes au micro à la fin d’un match qu’il n’a pas joué !
Le Barça a joué collectif avec un grand soliste, Neymar -futur Ballon d’or après Messi et C. Ronaldo.
Paris n’avait aucun fond de jeu, aucun leader à la Ramos.
Les Parisiens étaient des identités isolées qui ne communiquaient pas.
La peur était sur les visages du PSG. Certains ont pris des cartons trop tôt, cela leur a coupé les jambes.
Unai Emery, fidèle à son habitue, affichait un très parlant body langage.
La préparation mentale de ce match par le PSG a été ratée.
Emery a dit a ses joueurs pendant le match:
-"Ecoutez-moi ! Même si dans ma carrière, je n’ai joué qu’en deuxième division, j’ai plus d’expérience que vous.”
(Sources L’Equipe, vendredi 10 mars 2017)
Le PSG fait le dos rond après une défaite qui n’avait jamais été vu en C1 depuis 1956 !
Se faire éliminer après avoir gagné 4-0 à l’aller est une première.
Emery a raison, c’est un entraîneur de deuxième division: il était bon en Europa League, la L2 de l’Europe.
Il n’a communiqué que du stress à ces joueurs abandonnés au Camp Nou où l’on a vu des Parisiens ne sachant pas quoi faire, passifs à outrance.
Barcelone 6-1 Paris a été la faillite du système Emery.
Elle était où la fameuse verticalité d’Emery ?
Au début du championnat, il a cassé le schéma classique du PSG avant vite de le remettre.
Il a mis en place une concurrence outrageuse- les gardiens, Ben Arfa en tribunes, mais aucun club n’a deux joueurs de grands talents pour le même poste.
En 2015-2016, Emery n’a gagné aucun match à l’extérieur en Liga. Cela a été confirmé au Camp Nou.
Le Qatar voulait remporter la C1. C’est raté. Pas totalement car sur le maillot de Barcelone, on peut lire: QATAR.
Paris va de nouveau changer d’entraîneur.
Les décideurs feraient bien d’engager Luis Enrique, l’actuel coach du Barça, en partance d’ici peu.
Paris a besoin d’un manager qui soit habitué à la C1 et non pas à l’Europa League, le trophée de perdants, les losers patentés.

09.03.17

Barcelone, vainqueur 6-1, ridiculise les Parisiens d'Emery qui a sauté de joie à 3-1

Neymar a été fabuleux: deux buts plus une passe décisive sur le but capital. Gagner 6-1 c’est beaucoup mieux que 5-0.

8e retour de C1
Mercredi 8 mars 2017
Barcelone 6-1 Paris
But pour Paris: Cavani (62e)
Buts pour le Barça: Luis Suárez (3e), Kurzawa (40e c.s.c.), Messi (50e pen.), Neymar (88e, 90e + 1 sur pen.), Sergi Roberto (90e + 5)

Barcelone: Ter Stegen, Piqué Mascherano, Umtiti, Busquets, Rakitic, Rafinha, Iniesta, Messi, Luis Suárez, Neymar
Ont joué dans le match: Turan, Sergi Roberto, André Gomes
Manager: Enrique

Paris Saint Germain: Trapp, Kurzawa, Marquinhos, Thiago Silva, Meunier, Verratti, Matuidi, Rabiot, Draxler, Lucas Moura, Cavani
Ont joué dans le match: Di María, Aurier, Krychowiak
Manager: Emery

Il faudra se souvenir que jamais une équipe n’avait remonté un 4-0 depuis 1956. Bravo champions !
Il faudra se souvenir des Parisiens qui ont joué au Camp Nou, pas pour les mêmes raisons !
Le football est bien le plus beau sport du monde, le plus grand des tous.
Alors qu’ils avaient perdu 4-0 à Paris- en lâchant leur entraîneur qui a dit depuis qu’il s’en irait en juin 2017- les Catalans ont gagné 6-1 devant 100 000 Socios. Le public catalan a vu que ses joueurs ont repris les clefs du club.
Le Paris d’Emery a joué la défense à Camp Nou comme Dijon quand les Dijonnais viennent à Paris. A Barcelone, on a vu l’autobus blanc du PSG pendant 45 minutes. Un football frileux, peureux, sans imagination. Un football violent avec des placages dignes du rugby. Résultat 3-0, à la mi-temps. A 3-0, Emery s’est assis sur le banc. Attitude de perdant.
Ensuite, Paris est sorti de son camp pour parvenir à marquer le but.
A 3-1, le banc parisien a explosé de joie. Vraiment incroyable de voir ça. D
Il a fallu que Neymar marque un sublime coup franc pour relancer la machine catalane. A partir de la 88e, le moral est revenu et on attendait ce qui arriva: deux autres buts.
Elle est où la verticalité du jeu d’Emery ?
Voilà ce qui arrive quand on méprise un club qui a déjà 5 Champions League dans ses vitrines.
Les Parisiens ont plus pensé à donner des coups, à plaquer, qu’à jouer au football. Pitoyable football de joueurs stressés par l’enjeu.
C’est l’équipe la plus joueuse qui est qualifiée en 1/4.
Voilà une très bonne nouvelle pour la C1. On reverra Neymar, Messi, Iniesta et leurs partenaires.
Si on écoutait la presse institutionnelle française, Paris était déjà championne d’Europe.
Quand on évince Ancelotti puis Blanc pour mettre Emery, on subit la loi du terrain.
Confie-t-on une F1 à un conducteur de Solex ?
La justice du football est passée.
Le Qatar peut tout acheter sauf l’Histoire.
A la fin du match, même le gardien du Barça était dans la surface de Paris !
Beauté, grandeur du football. Je ne m’en lasserai jamais.

[Post dédié à Raymond Kopa et à Johan Cruyff]

15.02.17

Pulvérisés à Paris, Barcelone et Messi peuvent-ils se remettre d'un 4-0 ?

Je ne suis pas un pisse-froid mais il faut reconnaître que Paris a joué ce match comme si c’était une finale. Que d’énergie déployée pour un simple 8e aller de C1. Le PSG ressemble plus à une cigale qu’à une fourmi. 4-0 sur un 8e aller c’est très bien mais ce n’est pas un trophée. La L1 va paraître bien fade aux Parisiens après cette soirée de liesse.

8e aller de C1
Mardi 14 février 2017
Paris 4-0 Barcelone
Buts pour Paris: Di Maria (18e, 55e), Draxler (40e), Cavani (71e)
Je le dis le plus sérieusement du monde, l’homme du match ce fut l’arbitre polonais Szymon Marciniak. Le fait de ne jamais siffler ou presque a permis la fluidité du jeu. Que les arbitres français en prennent de la graine. Sans grand arbitre pas de grand match.
Pas besoin d’avoir fait Saint-Cyr: pour empêcher le Barça de jouer, il suffit de leur confisquer le ballon. Et c’est ainsi que Paris a gagné. Un jour avec… alors qu’en face ce fut un jour sans.
Un entraineur qui gagne a toujours raison.
Donc bravo! Attention, je parle de ce match. Je traite match après match, exactement comme pour les livres.
On a senti dès le début que Paris voulait gagner ce match, son match de l’année avec un entraineur espagnol complexé par une seule victoire contre le Barça depuis tant d’années.
Pour Paris, c’était le match du siècle. Pour le Barça, rien qu’un 8e aller de C1 à l’extérieur.
Jamais les Catalans n’ont réussi à se faire violence pour revenir au score.
Messi, inexistant. Sur ce match, son football ne vaut pas plus que celui de Payet. Et encore, Payet est plus combattif !
Iniesta ? Nullissime ! Il revenait de blessure, dit-on. Erreur de l’avoir fait jouer. En football, dès que l’on fait passer les sentiments avant le jeu, le football se venge et vous le fait payer. On vient encore de le vérifier.
André Gomez est d’une faiblesse sans nom. Comment ose-t-on aligner un joueur si médiocre dans l’entrejeu catalan.
Le Barça a eu tort de céder Dani Alves à la Juventus Turin. Le Brésilien, même âgé, apportait beaucoup au poste latéral, montant sans cesse de manière intelligente.
Paris a dévoré le Barça dans tous les compartiments du jeu.
Oui, ce fut un grand match de Paris.
A l’inverse, le Barça ressemblait plus à une équipe de Promotion d’Honneur qu’à un club de l’élite mondiale.
La tendance peut-elle s’inverser au match retour ? Difficile à croire.
Ne comptez pas sur moi pour participer à la déferlante de superlatifs qui va s’abattre sur la France.
La France n’a qu’une C1 depuis 1956: Marseille, 1993.
Ni Reims, ni St Etienne dans leur grande période respective ne sont parvenus à remporter la C1.
Il faut garder la tête froide.
Ce match peut devenir ce genre d’exploit que font certaines équipes au tour préliminaire de la Coupe du Monde avant de disparaître au rayon des oubliettes.
Si Paris se qualifie au retour, les Parisiens seront en 1/4 de finale et rien de plus.
Paris qui élimine le Barça cela peut devenir l’équivalent d’un match de tennis qui voit Djokovic évincer de Wimbledon par un obscur, ce qui ôte un favori pour les autres !
La vérité c’est qu’il reste encore 6 matchs avant la possibilité de soulever le trophée le soir de la finale. Tout reste à faire.
Un fait certain: Barcelone a manqué de respect vis-à-vis du PSG. Les Catalans sont venus à Paris la fleur au fusil et ils se sont faits marcher dessus à l’image de Neymar, claudiquant tout le match.
D’un côté, belle euphorie du PSG.
De l’autre, triste spectacle de voir le Barça en perdition. Leurs habits de lumière n’étaient qu’un vieux tas de guenilles.
Lors de ce match, il m’a semblé voir, côté Paris, des joueurs qui voulaient se montrer à leur avantage dans un match ultra médiatique, afin de vanter leurs qualités pour augmenter leur prix de vente. Pourquoi les Parisiens ne forcent-ils pas leur talent lors de chaque match ?
Je ne pense pas une seconde que le PSG veut rejouer encore six matchs de C1 avec une telle intensité.
La C1 est la plus difficile compétition du monde. Elle se déroule sur un long terme. Elle fait brûler beaucoup de carburant. Elle dépend du tirage au sort. De l’état physique de X ou Y. Un tas de paramètres entre en jeu. C’est un long championnat qui ressemble à une Coupe. Il faut garder la tête froide jusqu’à la dernière minute de la finale.

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Mai 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software